LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 9:56

par Sam le Ven 16 Mai - 8:07

... Ce message s'adresse à quiconque est, directement ou indirectement, lié à la vie d'une personne atteinte de la maladie connue sous le nom d'alcoolisme...

L'alcoolisme est présenté ici comme une tragéde en trois actes où l'on trouve au moins quatres personnages, le buveur et sa famille; ses amis, ses compagnons de travail et même des conseillers peuvent contribuer à faire tourner le carrousel. L'alcoolisme apparaît rarement chez une personne vivant à l'écart des autres et il arrive peut souvent que cette maladie persiste dans l'isolement complet.

Une personne boit trop et s'enivre; les autres réagissent à son manque de contrôle et à ses conséquences. Le buveur réagit à son tour et boit de nouveau. Ceci met en marche un carrousel de reproches et de négations, une chute en spirale qui caractérise l'alcoolisme. Donc, pour comprendre l'alcoolisme, nous ne devons pas considérer seulement l'alcoolique mais observer la maladie à lafaçon des spectateurs qui assistent à une pièce de théâtre et analysent avec soin le rôle de tous les acteurs dans le drame en cours.

Quand le rideau s'ouvre, nous voyons l'alcoolique comme étant la vedette du premier acte. Il fait tout; les autres réagissent à ses actions. C'est un homme donyt l'âge se situe entre 30 et 55 ans; en général; il est intelligent, capable et souvent, il réussit dans son travail, mais ses ambitions peuvent de loin dépasser ses possibilités. Nous voyons qu'il est sensible, seul et tendu. Il manque également de maturité au point de développerune dépendance réelle. Cependant, il peut semontrer indépendant pour nier ce fait. Il nie aussi sa responsabilité devant les résultats de sa conduite. C'est de cette dépendance et de cette négation que vient le titre de la pièce : carrousel de la négation.
Pour que l'alcoolique puisse se comporterde cette façon, il faut que d'autres lui en donnent la possibilité. C'est pourquoi nous devons observer attentivement le rôle de chaque acteur dans cette pièce.


L'alcoolique a appris que l'usage de l'alcool lui procure un sentiment de bien-être. Pour lui, c'est un bienfait, non une calamité ; son remède, non un poison. Pendant quelques heures, l'alcool balaie ses soucis, fait fondre ses peurs, diminue ses tensions, chasse sa solitude et résout tous ses problèmes.

(à suivre....)
Sam
Admin



Messages : 334
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 9:57

PREMIER ACTE

La levée du rideau nous montre l'alcoolique déclarant qu'il n'a d'ordre à recevoir de personne; c'est lui qui les donne. Il devient alors extrêmement difficile pour la famille de parler de l'alcool et de ses conséquences. Même lorsque de toute évidence le fait de boire pose de sérieux problèmes, il refuse tout simplement d'en discuter. Toute conversation devient un monologue. Personne ne semble entendre ce que les autres disent. Des deux côtés, on fait le contraire de ce que l'on dit. C'est pourquoi il est nécessaire de voir la pièce pour comprendre l'alcoolisme. Se contenter d'observer l'alcoolique, lire une description scientifique de la maladie, ou écouter la famille raconter ses infortunes, n'est qu'une infime partie du drame.
La "négation", voilà le mot clé dans l'alcoolisme, car à maintes reprises, les gens font ce qu'ils disent qu'ils ne feront pas, ou nient ce qu'ils ont fait. Si nous pouvions regarder la pièce à la télévision en supprimant le son, nous comprendrions bien mieux ce qui se passe vraiment.

Au début du premier acte, l'alcoolique a besoin de prendre un verre ; aussi le prend-il. Il boit dru et vite, non pas lentement et de manière détendue. Il peut boire ouvertement, mais il est plus probable qu'il dissimulera le nombre de consommations qu'il prend en buvant hors scène et non en présence des autres acteurs. Cacher la quantité d'alcool absorbé, c'est là la première partie de la négation.
Mais ceci nous prouve qu'il sait qu'il boit trop. Il boit plus que les autres, plus souvent que les autres, et surtout, l'alcool a beaucoup plus d'importance pour lui que pour les autres.
Boire trop et trop souvent n'est pas une question de choix. C'est le premier signe d'alcoolisme. La négation répétée -cacher la bouteille et boire seul - révèle à quel point l'alcool est devenu important pour le mieux-être de l'alcoolique. Il ne peut plus s'arrêter après un verre ou deux.

Après quelques autres consommations, nous constatons un changement radical chez l'alcoolique. Il dégage un sentiment de prospérité, de bien-être et de suffisance. Il domine le monde et peut se comporter comme s'il était un petit dieu. Maintenant, il a raison et tous les autres ont tort. C'est vraisemblablement ce qui arrivera si quelqu'un s'objecte à ce qu'il boive.

Les alcooliques en état d'ébriété n'agissent pas tous de la même façon mais chose certaine, ils ne sont pas rationnels ou logiques; ils sont irresponsables. Ils sont enclins à ignorer les lois sociales, quelquefois même au point d'agir demanière criminelle, comme par exemple, conduire une voiture sous l'influence de l'acool.
Une personne n'ayant pas bu qui agirait de la sorte serait considérée comme aliénée.

Si les abus de l'alcool se prolongent assez longtemps, l'alcoolique provoque une crise, s'attire des ennuis et aboutit à un désastre. Les modalités peuvent varier, mais le processus est toujours le même : un être dépendant qui se conduit comme s'il était indépendant, et l'usage de l'alcool le convainc facilement que c'est vrai. Cependant, ses abus ont pour résultat de le rendre encore plus dépendant de son entourage.
Lorsqu'éclate la crise qu'il a lui-même créée, il l'ignore, s'en détourne, attend que quelque chose se produise ou demande en pleurant que quelqu'un le sorte de là. L'alcool qui au début lui donnait un sentiment de succès et d'indépendance lui arrache brusquement son masque et le révèle comme un enfant dépendant et réduit à l'impuissance.

(à suivre...)

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:07

Deuxième acte

Au deuxième acte, l'alcoolique ne fait rien, sinon attendre et compter que d'autres agissent à sa place. Les trois personnages de la pièce jouent leur rpole et l'alcoolique profite de ce qu'ils font. Il agit peu, ou pas du tout;da,s le deuxième acte, on fait tout pour lui.

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:08

Le secoureur.

La première personne à paraître sur scène est celle que nous pourrions appeler le Secoureur, un monsieur "serviable" qui peut être poussé par ses propres sentiments d'anxiété et de culpabilité à tirer son ami l'alcoolique de la crise actuelle et le soulager de la tension insoutenable créé par la situation. En réalité, bien qu'elle ne s'en rende pas compte, cette personne peut être motivée par un besoin qui lui est propre plutôt que par celui de l'Alcoolique. Le Secoureur peut être un homme ne faisant pas partie de la famille, ou encore un parent. Occasionnellement, une femme joue ce rôle.
Il est aussi joué par ceux qui exercent une profession dite "humanitaire" - ministres du culte, médecins, avocats, travailleurs sociaux. Plusieurs, dans ce rôle de conseillers hautement spécialisés, ont peu ou pas du tout de connaissances scientifiques sur l'alcool et l'alcoolisme, connaissances essentielles dans ce domaine. Ces connaissances leur faisant défaut, ils abordent la situation de la même façon que le Secoureur non professionnel. Ceci prive l'alcoolique du processus de l'apprentissage par la correction de ses propres erreurs et le conditionne à croire qu'il trouvera toujours un protecteur qui viendra à sa rescousse, même si les Secoureurs soutiennent avec inisistance qu'ils ne lui porteront plus jamais secours. Ils l'ont toujours fait et l'alcoolique croit qu'ils le feront toujours.
De telles opérations de sauvetage peuvent avoir un caractère tout aussi compulsif que le fait de boire.

(à suivre...)
Sam
Admin



Messages : 336
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:08

La victime.

Le personnage suivant à entrer en scène peut être appelé la Victime. Il peut être le patron, l'employeur, le contremaître ou le surintendant, l'officier commandant dans la vie militaire, un associé en affaires, ou parfois un compagnon de travail. La Victime est la personne qui a la responsabilité de voir à ce que l'ouvrage se fasse, même si l'alcoolique est absent à cause de l'alcool ou s'il ne travaille que la moitié du temps parce qu'il a la gueule de bois. Dans le domaine de l'industrie, les statistiques démontrent qu'avant que l'alcool ne nuise à son travail, un homme peut avoir été à l'emploi de la même compagnie pendant dix ou quinze ans et il se peut que son patron soit devenu un très bon ami. Pour celui-ci, protéger notre homme est tout à fait normal et il espère toujours que ce sera la dernière fois.
L'alcooliqueest devenu complètement dépendant de cette protection renouvelée et de cette dissimulation par la Victime ; autrement il ne pourrait pas continuer à boiredecette façon. Il serait forcé de renoncer à l'alcool, ou de quitter son emploi. C'est la Victime qui permet à l'alcoolique de continuer à boire d'une manière irresponsable sans perdre son emploi.

(à suivre...)
Sam
Admin



Messages : 336
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:09

e provocateur.

Le troisième personnage du deuxième acte est le personnage clé de la pièce. C'est le conjoint ou un parent de l'alcoolique, la personne avec qui l'alcoolique vit. C'est généralement l'épouse ou la mère? Elle est un vétéran dans ce rôle qu'elle remplit depuis beaucoup plus longtemps que les autres personnages de cet acte. Elle est la provocatrice. Elle est blessée et bouleversée par ces épisodes répétés d'excès de boisson; mais elle réussit à sauvegarder l'unité de la famille malgré tous les ennuis engendrés par l'alcool. Par contre, elle reporte dans son mariage son amertume, son ressentiment, sa peur et son mal, et devient ainsi la source de provocation. Elle contrôle, elle essaie d'imposer les changements qu'elle désire; elle se sacrifie, s'adapte, n'abandonne jamais, ne cède jamais, mais n'oublie jamais. L'attitude de l'alcoolique est que son échec devrait être acceptable, mais que sa femme ne doit jamaislui faire défaut! Il se comporte avec une indépendance absolue, affirme qu'il agira comme bon lui semble et s'attend à ce qu'elle fasse exactement ce qu'il lui dit de faire ou de ne pas faire. Elle doit être à la maison lorsqu'il arrive...s'il arrive.

Ce personnage pourrait aussi s'appeler l'Adaptateur; cette personne s'adapte constamment aux crises et aux difficultés causées par l'alcool? L'alcoolique la blâme pour tout ce qui va mal à la maison et dans leur mariage; elle essaie par tous les moyens possibles de faire de son mariage un succès afin de prouver qu'il a tort. Elle est épouse, maîtresse de maison et peut, en outre, se sentir obligée de gagner une partie du pain quotidien. Parce qu'elle vit avec un homme dont la maladie est l'alcoolisme, elle tente d'être infirmière, médecin et conseillère. Elle ne peut tenir ces trois rôles sans se nuire et nuire à son mari. Elle est tellement perturbée qu'elle est incapable de lui adresser la parole sans ajouter encore plus d'amertume, de culpabilité, de ressentiment ou d'hostilité à la situation qui est déjà presque insoutenable. Ce sont cependant les coutumes de notre société qui entraînent et conditionnent l'épouse à tenir ce rôle. Si elle ne s'y plie pas, elle se trouve à agirt à l'encontre de ce que la famille et la société considèrent comme étant le rôle de l'épouse. Peu importe ce que fait l'alcoolique, il finit toujours par revenir "à la maison"; c'est là où chacun va quand il n'y a pas d'autre endroit où aller.

Le deuxième acte est maintenant terminé. L'alcoolique, dans sa condition désespérée, a été réchappé, il a été réintégré dans son emploi et a été rétabli en tant que membre de la famille. Cela le revêt du costume d'un adulte responsable. Comme tout a été fait pour lui et non par lui, son état de dépendance en est accru et il demeure un enfant en travesti d'adulte. Les autres ont fait disparaitre les résultats, les conséquences et les problèmes causés par l'alcool. Ce sont des personnes autres que le buveur qui ont subi les effets douloureux de son alcoolisme. Ceci lui permet de continuer à trouver dans l'alcool un moyen de résoudre ses problèmes. Dans le premier acte, l'alcoolique a noyé toute sa souffrance et toute sa peine en s'enivrant; dans le deuxième acte, d'autres personnes ont supprimé les ennuis et les douloureuses conséquences de son habitude de boire. C'est ce qui convainc l'alcoolique qu'il peut continuer impunément à se conduire de cette façon irresponsable.

(à suivre...)
Sam
Admin



Messages : 336
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:10

Troisième Acte.

Le début du troisième acte ressemble beaucoup à celui du premier, à cette différence qu'un élément nouveau s'est ajouté au cours des deux premiers actes. Maintenant le besoin de nier sa dépendance est plus grand et doit être exprimé presque immédiatement et même de façon plus énergique. L'alcoolique nie avoir un problème d'alcool, il nie être un alcoolique, il nie que l'alcool est la source de ses ennuis. Il refuse de reconnaître qu'on l'ait aidé: autre négation. Il nie la possibilité de perdre son emploi et insiste sur le fait qu'il est le meilleur employé ou le plus compétent à son travail. Et surtout, il nie avoir causé des ennuis à sa famille. En fait, il blâme sa famille, et plus particulièrement son épouse, pour tous les embarras, tracasseries et problèmes. Il peut même soutenir que sa femme est déséquilibrée, qu'elle a besoin des soins d'un psychiatre. A mesure que la maladie et les conflits empirent, le mari accuse souvent sa femme d'infidélité, lui reprochant d'avoir des aventures avec d'autres hommes bien qu'il n'ait aucune raison de l'accuser.
Quelques alcooliques en arrivent à la même négation par un silence glacial, refusant toute discussion relative à leur consommation d'alcool. Le souvenir en est trop douloureux. Certains autres, qu'ils soient ivres ou non, permettent à la famille de discuter de leurs erreurs et de leurs omissions. L'épouse n'oublie jamais les actes de son mari. Ce dernier peut ne pas se rappeler ce qu'il a fait en état d'ébriété, mais il n'oublie jamais ce que sa femme lui rapporte sur ce qu'il a fait ou omis de faire.
Le véritable problème réside dans le fait que l'alcoolique est parfaitement conscient de cette réalité qu'il nie si fermement. Il sait qu'il boit trop. Il est conscient de son échec. Ses remords et sa culpabilité sont devenus intolérables; il ne peut supporter ni les critiques nis les conseils des autres. Et par dessus tout, la seule pensée de sa complète dépendance et de son échec à la fin du premier acte est plus qu'embarrassante; elle est, de beaucoup, trop douloureuse pour une personne qui pense et agit comme un petit dieu dans son propre univers.
Avecle temps, la famille s'adapte à ce genre de vie en commun. L'alcoolique peut nier qu'il boira de nouveau et les autres personnages de la pièce peuvent se jurer de ne plus jamais l'aider. Le Secoureur affirme qu'il ne viendra plus jamais à la rescousse. La Victime dit qu'elle ne lui permettra plus de défaillances à son travail à cause de l'alcool. Le Provocateur, que ce soit l'épouse ou la mère, prévient l'alcoolique qu'ils ne peuvent vivre ensemble dans ces conditions.
Ce qui se dit diffère complètement de ce chacun a fait et fera de nouveau. Le Secoureur, la Victime et le Provocateur ont déjà dit tout cela sans le mettre à exécution. Il en résulte que le sentiment de culpabilité et de défaite augmente chez l'alcoolique, que son assurance quasi divine de pouvoir agir à sa guise est menacée - et tout cela s'ajoute à son lourd fardeau de tension et de solitude. Si cette souffance morale devient intolérable, particulièrement à cause des changements dans l'attitude et les actions des autres membres de la pièce, il n'existe pour lui qu'un moyen infallible de faire disparaître sa douleur, de vaincre sa culpabilité et son sentiment d'échec, et de recouvrer un sentiment de valeur et de mérite. Cependant si le deuxième acte se joue tel que décrit, rien ne peut empêcher l'alcoolique de boire encore au cours du troisième acte. C'est là un moyen efficace pour lui de calmer toute douleur, de résoudre tous les problèmes et d'en arriver à se sentir bien dans sa peau. Le souvenir du réconfort immédiat et des bienfaits que lui procure l'alcool lui fait oublier ce qui se produira s'il boit. Aussi entretient-il une arrière pensée : l'espoir que cette fois il pourra contrôler sa consommation d'alcool et en obtenir les grands bienfaits qu'il en a déjà retirés. Il se produit alors ce qui semble à l'alcoolique d'une nécessité inéluctable : il recommence à boire.
La pièce ne se termine pas au moment où il prend son verre. A la fin du premier et du deuxième acte, le rideau tombe; mais au troisième acte, la pièce retourne brusquement au premier acte sans que l'on baisse le rideau. C'est tout comme le visionnement des trois bobines d'un film dont on recommencerait continuellement la projection sans aucun arrêt à quelque moment que ce soit. Si les spectateurs de la pièce restent assis assez longtemps et que les deux premiers actes sont joués tels que décrits, les trois actes se joueront maintes et maintes fois; et à la fin du troisième acte, l'alcoolique sera encore en train de boire. A mesure que les années passent, les acteurs vieillissent mais il y a peu de changement dans les paroles ou l'action de la pièce.
Si les deux premiers actes sont joués tels que décrits, le troisième acte s'enchaînera alors de la même façon. Si le premier acte n'avait pas eu lieu, nous n'aurions pas les éléments d'une pièce sur l'alcoolisme et du drame qui l'entoure. Ceci fait du deuxième acte le seul pendant lequel la réhabilitation peut être amorcée par les actes et les décisions des personnes autres que l'alcoolique. Dans le deuxième acte, l'alcoolique a accepté tout ce que les autres ont fait pour lui, que ces derniers aient agi ainsi par choix, ou parce qu'ils ne pouvaient tout simplement pas résister au désir de l'aider. C'est cependant dans cet acte que se trouve la possibilité réelle de freiner la chute en spirale de l'alcoolisme et son carrousel de négation. Voyons paintenant ce qui se produit quand l'entourage de l'alcoolique décide d'effectuer un changement dans la situation!

(à suivre...)
Sam
Admin



Messages : 340
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:11

Le rétablissement commence au deuxième acte

Un programme de rétablissement planifié de l'alcoolisme doit commencer avec les personnages du deuxième acte. Ils doivent apprendre comment les gens s'influencent réciproquement dans cette maladie et ensuite, apprendre la partie la plus difficile, celle de jouer leur rôle d'une façon tout à fait différente.
Ces nouveaux rôles peuvent s'apprendre seulement en se tournant vers ceux qui comprennent la pièce et en mettant à profit leur perspicacité et leurs connaissances. Si l'on récrit le deuxième acte et qu'on le joue différemment, il y a tout lieu de croire que l'alcoolique se rétablira. Il est prisonnier de sa maladie; d'autres détiennent la clé de sa prison. Nous ne pouvons exiger de lui qu'il abandonne l'alcool comme moyen de solutionner ses problèmes, mais si nous ouvrons la porte, il sera libre de sortir.

Si l'alcoolique est secouru à chaque crise, si le patron accepte d'être continuellement une victime, et si l'épouse réagit en Provocatrice, il n'y a pas une chance sur dix pour que l'alcoolique se rétablisse. En pratique, il est impuissant; il ne peut briser lui-même la serrure. Il peut se rétablir si les autres acteurs de la pièce apprennent comment mettre fin à sa dépendance en refusant d'y céder.L'alcoolique ne peut continuer à faire tourner le carrousel à moins que les autres n'y montent avec lui et ne l'aident à le garder en marche. Les acteurs du deuxième acte s'évertuent à demander à l'alcoolique pourquoi il ne cesse pas de boire et pourtant, ce sont leur actes ou leurs omissions qui l'incitent à toujours essayer de résoudre ses problèmes humains fondamentaux par l'alcool. Ce n'est pas vrai qu'un alcoolique ne peut pas être aidé à moins qu'il ne désire de l'aide. Il est vrai qu'il n'y a pratiquempent pas de chance que l'alcoolique cesse de boire tant et aussi longtemps que les autres écartent pour lui toutes les conséquences douloureuses. Les acteurs du deuxième acte trouveront qu'il est difficile de changer. Il leur est beaucoup plus facile et beaucoup moins pénible de dire que l'alcoolique ne peut pas être aidé que de passer par le supplice d'apprendre à jouer un nouveau rôle.

Les Secoureurs ainsi que la Victime doivent se renseigner et chercher à acquérir de la clairvoyance et de la compréhension s'ils ont l'intention de modifier leur rôle. L'épouse ou la mère doit participer activement à un programme de consultation et de thérapie si elle veut réaliser un changement radical dans sa vie.
Nous ne devons pas oublier, dans notre compréhension du rôle des trois acteurs de soutien de ce drame, qu'ils n'ont pas appris à jouer ces rôles du jour au lendemain. Ils jouent le rôle qu'ils croient qu'on attend d'eux; on leur a enseigné à agir de cette façon. Ils s'imaginent aider l'alcoolique et ignorent qu'ils ne font qu'entretenir la maladie et rendre impossible le rétablissement de l'alcoolique.

(à suivre...)
Sam
Admin



Messages : 341
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur


Dernière édition par Sam le Lun 7 Juil - 10:21, édité 1 fois

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:12

Les Secoureurs.

Le Secoureur est cette personne qui ne croit pas devoir laisser l'alcoolique souffrir des conséquences de son habitude de boire quand elle peut si facilement les prévenir par une simple opération de sauvetage. Pour le Secoureur, c'est sauver un homme en train de se noyer; il doit tout simplement agir ainsi. Mais cette mission de sauvetage fait sentir à l'alcoolique ce que le sauveteur pense vraiment: "Tu ne peux pas t'en sortir sans mon aide." Le Secoureur révèle donc un manque de confiance dans la capacité de l'alcoolique de prendre soin de lui-même, ce qui est une forme de jugement et de condamnation.

Le rôlel du Secoureur professionnel - ministre du culte, médecin, avocat ou travailleur social - peut être des plus dommageables s'il conditionne la famille à réduire la crise au lieu de s'en servir pour commencer son programme de rétablissement. La famille sait probablement depuis cinq ans ou plus que l'alcool créait de sérieux problèmes, mais cet état de chose était peu visible en dehors du cercle familial. Quand la famille se tourne vers des professionnels avant que le comportement antisocial de l'alcoolique ne soit devenu évident, ceux-ci peuvent lui dire, s'ils ne sont pas suffisamment qualifiés dans ce domaine, qu'il ne s'agit pas d'alcoolisme et qu'il n'y a rien à faire tant que le buveur ne désire pas être aidé.

Lorsque l'alcoolisme atteint le point où il déborde le cercle familial et que l'alcoolique lui-même se tourne vers de tels professionnels, il s'assure une diminution de la crise en recherchant et en utilisant ces personnes comme Secoureurs. Cela aussi maintient le carrousel en marche. La famille, à qui l'on avait tout d'abord affirmé qu'il n'existait aucun signe d'alcoolisme, est maintenant informée que la manière de traiter l'alcoolisme est d'éliminer les symptômes, plutôt que d'attaquer la maladie de façon réaliste. Ces mêmes personnes qui n'ont pu diagnostiquer l'alcoolisme à ses débuts peuvent maintenant traiter les symptômes plus apparents en aidant l'alcoolique à rembarquer dans le carrousel. Ceci conditionne davantage la famille à croire qu'il n'y a rien à faire pour vaincre l'alcoolisme. Même quand les membres de la famille essaient de trouver de l'aide pour eux-mêmes ou pour l'alcoolique, le professionnel assume peut-être le rôle du Secoureur plutôt que de diriger la famille et l'alcoolique vers une programme de rétablissement à long terme. Comme le Secoureur est la première personne à paraître sur scène, il influence la fin du deuxième acte parce qu'il oriente cette partie de la pièce et en établit l'action. Le professionel non renseigné encourage ainsi tout le monde à embarquer dans le carrousel.

La Victime ne monte pas dans le Carrousel avant que l'alcool n'ait commencé à affecter le travail de l'alcoolique, ce qui se passe habituellement après qu'il a occupé son emploi pendant de nombreuses années et qu'une profonde amitié s'est établie entre lui et son contremaître. Le contremaître protège son ami alcoolique parce qu'il sait que l'épouse et les enfants souffriront si l'homme est congédié. C'est particulièrement vrai si la compagnie n'a pas de programme pour aider les alcooliques à se rétablir. Certains compagnons de travail protègent aussi l'emploi de l'alcoolique parce que cet homme est leur ami. L'intérêt personnel et l'amitié font que la Victime approte justement à l'alcoolique cette"aide" qui augmente sa dépendance et son besoin de nier.

L'épouse est la première personne à rejoindre l'alcoolique dans le carrousel. Si elle supporte les injustices, souffre de privations, subit des embarras répétés, accepte les promesses non tenues, est dupée ou découragée dans chacun de ses efforts pour faire face à la situation créée par l'alcoolisme, si elle est écrasée par l'hostilité sans cesse manifestée à son égard, sa propre réaction sera l'agressivité, l'amertume, l'anxiété et la colère. Assumer ainsi ce rôle rend l'épouse malade. Elle n'est pas une femme malade qui a rendu son mari alcoolique, mais une femme qui, à force de vivre avec la maladie, finit par en faire partie. Elle a hérité d'un rôle qui la force à devenir la Provocatrice. Elle est coincée entre la maladie de l'alcoolisme qui progresse et le mur d'ignorance, de honte et d'embarras que lui inflige la société. Ceci l'écrase; elle a besoin de renseignements et de conseils, non parce qu'elle a causé la maladie de son mari, mais parce que cellle-ci la détruit. Par contre, cet état de chose blesse l'alcoolique et diminue beaucoup ses chances de rétablissement.

(à suivre...)
Sam
Admin



Messages : 341
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:13

L'épouse se retrouve seule.

Voici une autre raison pour laquelle l'épouse a besoin d'aide dans le plan de rétablissement : si elle modifie son rôle etcommence à agir demanière différente, elle découvrira qu'elle se retrouve seule.Les autres - amis, connaissances, associés en affaires - la traiteront comme une actrice qui déserte la pièce alors qu'il n'y a pas de remplaçant pour tenir son rôle. Ceci est particulièrement vrai si l'épouse se sépare de son mari, que ce soit par choix ou par nécessité.
Quelques épouses peuvent modifier leur rôle en s'entretenant avec un conseiller qui a des connaissances de base sur l'alcoolisme, ou en participant à des réunions de groupes dans une clinique locale pour le traitement de l'alcoolisme ou une clinique d'hygiène mentale. D'autres acquièrebt compréhension et sécurité en participant aux réunions des Groupes Familiaux Al-Anon. A ce moment-ci, il est très important pour l'épouse d'avoir de nouveaux amis qui, ayant vécu une souffrance et une angoisse analogues, comprennent son nouveau rôle. Il se peut que les parents et amis lui disent à quel point elle se trompe quand elle essaie de jouer son nouveau rôle; elle a besoin de gens qui comprennent et peuvent lui apporter un support moral dans sa recherche de solutions aux problèmes de l'alcoolisme.
L'erreur fondamentale des femmes qui recherchent de l'aide pour l'alcoolisme de leur mari est de vouloir qu'on leur dise ce qu'elles peuvent faire pour l'empêcher de boire, sans se rendre compte qu'elles peuvent mettre beaucoup de temps pour apprendre un nouvau rôle dans une mariage avec un alcoolique. L'assistance régulière pendant une longue période à des conférences ou réunions de groupes hebdomadaires est souvent nécessaire avant qu'une épouse commence à changer ses sentiments et apprenne à agir d'une façon nouvelle et constructrice. Si les autres acteurs de la pièce n'apprennent pas de nouveaux rôles, l'épouse peut avoir besoin d'adhérer à un groupe durant deux ou trois ans avant que ses sentiments et ses émotions lui permettent de modifier son rôle.

L'épouse devrait chercher de l'aide pour elle-même afin de se libérer de ses propres peurs, anxiétés, ressentiments et autres forces destructives qui interviennent dans un mariage où il y a une problème d'alcool. La façon de boire du mari peut se modifier à mesure que l'épouse est capable de changer et, dans de nombreux cas, une telle transformation peut amener le rétablissement de l'alcoolique. Peu de maris peuvent supporter un changement radical chez leur épouse sans exécuter des changements profonds dans leur propre vie mais, si souhaitables qu'ils soient, ces changements ne peuvent être garantis. Beaucoup d'épouses cherchent de l'aide sous une forme ou une autre et abandonnent ensuite le programme quand les problèmes d'un mariage aux prises avec l'alcoolisme ne sont pas résolus rapidement.
Pour éviter de traumatiser les enfants, l'épouse doit chercher de l'aide en dehors du cercle familial ou des amis. Lorsqu'elle tient le rôle de Provocatrice, les enfants sont placés entre un père malade et une mère malade. L'épouse qui cherche et trouve de l'aide assez tôt peut éviter en grande partie le tort qu'elle aurait pu causer à ses enfants par ses réactions face à son mari. Rechercher et trouver de l'aide protégera les enfants de plus d'une façon et peut amorcer le rétablissement de son époux. Les chances de rétablissement augmentent quand l'épouse cherche de l'aide pour elle-même et continue d'utiliser cette aide.

(à suivre....)
Sam
Admin



Messages : 343
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:23

L'aspect moral,

L'aspect moral est aussi important. Personne n'a le droit de jouer le rôle de Dieu et d'exiger que l'alcoolique cesse de boire. L'inverse est également vrai. L'alcoolique ne peut que continuer à se comporter comme un petit dieu, dictant à tous ce qu'ils doivent faire pendant qui lui agit à sa guise, si les autres personnages continuent à jouer ce rôle. Moralement, l'épouse a le droit et la responsabilité de refuser d'agir comme si son mari était Dieu Tout-Puissant à qui elle doit obéissance dans les moindres désirs et commandants. Habituellement, elle ne peut rien dire à son mari car il refuse de l'entendre. Le seul moyen efficace à sa disposition pour lui dire ce qu'elle pense est d'apprendre à se libérer de ses tentatives pour la contrôler et lui dicter ce qu'elle doit faire. Cette indépendance pour s'exercer en silenbce ; il n'est pas nécessaire de l'exprimer en paroles. Tout comme le véritable message à l'épouse réside dans ce que le mari fait et non dans ce qu'il dit, ainsi doit-elle apprendre à transmettre son message en agissant d'une manière différente.

Deux choses peuvent entraver le succès de l'épouse dans un programme qui s'échelonne sur une longue période. En premier lieu, l'attitude du mari devant ce nouveau rôle peut aller de la désapprobation jusqu'aux menaces directes ou à la violence. En deuxième lieu, les responsabilités au foyer, surtout s'il y a de jeunes enfants, font que l'épouse a de la difficulté à assister, durant le jour, à des réunions de groupes, des séances de consultation ou de thérapie. Le soir, peu de maris alcooliques accepteront de garder les enfants ou de payer pour ce service pendant que l'épouse assiste aux réunions Al-Anon. Il ne faut pas non plus leur confier cette responsabilité lorsqu'ils boivent.

Si le couple s'estmarié à un âge moyeb pendant la phase pré-alcoolique de la maladie, l'épouse est la première personne à rejoindre son mari dans le carrousel lorsque apparaît l'alcoolisme. Le Secoureur et la Victime commenceront leur rôle de nombreuses années plus tard. Si un programme de rétablissement de l'alcoolisme devait être entrepris avant que la maladie ne devienne aigüe, ce serait à l'épouse d'en prendre l'initiative. De nos jours, la plupart des gens, y compris bien souvent les professionnels susceptibles d'aider, sont peu disposés à accepter l'alcoolisme comme une maladie tant qu'elle n'a pas atteint le stade de l'accoutumance qui caractérise l'alcoolisme chronique. Ainsi, l'épouse se retrouvera dans la situation du pionnier qui cherche de l'aide. Si le ministre du culte condamne l'ivrognerie, elle a honte de s'adresser à lui. Si son médecin ne décèle pas dès ses débuts l'existence de l'alcoolisme, l'aide médicale et les conseils lui sont refusés. Si les conditions deviennent intolérables et qu'elle consulte un avocat, il peut lui proposer la séparation ou le divorce comme étant le seul service qu'il peut lui offrir. Ceci augmente son sentiment d'échec en tant qu'épouse, où elle est terrifiée à la perspective de l'anxiété et de la peine qu'elle aurait si elle entreprenait une telle action. Aussi, la plupart des épouses restent dans le carrousel où y remontent peu de temps après avoir essayé de l'immobiliser ou d'en descendre.

A moins qu'il n'y ait des changements radicaux dans nos attitudes culturelles et sociales envers l'alcool et l'alcoolisme, le membre de la famille qui désire entreprendre un programme de rétablissement de l'alcoolisme doit comprendre que le processus peut en être long et difficile. Cependant, si l'épouse ou un autre membre de la famille désire s'engager dans un programme hebdomadaire d'information, de thérapie, de consultation, ou dans le programme Al-Anon, et l'appliquer pendant une période de six mois, des changements surviennent habituellement non seulement dans sa vie, mais souvent dans la vie et le comportementde l'alcoolique. Une épouse ne peut opérer un tel changement à moins d'être assurée que sa décision est bonne et judicieuse; par conséquent, elle doit comprendre la nature de l'alcoolisme. Elle doit également avoir le courage de ne pas céder devant son mari lorsqu'il s'oppose à ce qu'elle suive un programme de rétablissement.
On ne peut s'attendre à ce qu'une épouse dépasse ses limites émotives ou ses moyens financiers. Cependant, en persévérant dans le programme qu'elle a choisi, elle peut arriver à résoudre des problèmes qui lui semblaient trop difficiles de prime abord.

Il n'y a pas de recettes miracles pour arrêter le carrousel, car il peut être beaucoup plus douloureux de l'arrêter que de le maintenir en marche. Il est impossible d'établir des régles définies qui s'appliqueraient à tous les personnages de la pièce. Chaque cas est différent, mais le scénario de la pièce demeure sensiblement le même.

L'épouse (ou le membre de la famille concerné) est capable de voir le carrousel de l'alcoolique mais souvent elle n'arrive pas à voir que c'est elle qui aide à le maintenir en marche. La crainte que l'alcoolique ne puisse s'en tirer sans une telle aide est le plus gros obstacle pour arrêter ce cycle continu. Mais ce qu'elle considère en toute ignorance comme un secoursest justement ce qui permet à l'alcoolique de continuer à utiliser l'alcool comme remède à tous ses problèmes.

(_à suivre....)
Sam
Admin



Messages : 344
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Lun 7 Juil - 10:24

Débuts du rétablissement.

Si l'aide d'un ami est sollicitée, ceci pourrait être l'occasion de diriger l'alcoolique et sa famille vers un programme planifié de rétablissement.
Un professionnel ayant des alcooliques ou des membres de leur famille comme clients ou patients devrait apprendre comment faire face à l'alcoolisme. De la documentation spécifique peut être obtenue par l'entremise des programmes locaux, régionaux et nationaux contre l'alcoolisme. De courtes sessions intensives, sous forme d'ateliers, sont aussi à la disposition des professionnels désireux de consacrer leur temps et leurs efforts à acquérir des connaissances élémentaires sur l'alcoolisme.
Si une épouse croit que son mari a un problème d'alcool, ou boit trop et trop souvent, elle devrait rechercher immédiatement de l'aide et des conseils, évaluant la situation en vue de découvrir les programmes les plus appropriés à ses besoins. Peu importe la sorte d'aide que choisit l'épouse, elle ne devrait pas s'en tenir à quelques consultations ou réunions, car les changements ne se produisent pas du jour au lendemain. Un grand nombre d'épouses apprennent qu'il faut beaucoup de temps pour tirer réellement profit d'un tel programme;aussi doivent-elles le suivre régulièrement et avec persévérance. Dans la société actuelle, l'épouse doit faire un choix primordial : chercher de l'aide pour elle-même, ou permettre à la maladie de l'alcoolisme de la détruire ainsi que les autres membres de sa famille, et peut-être aussi son mariage.
(A suivre...)
Sam
Admin



Messages : 345
Inscrit le : 22 Avr 2008
Localisation : Namur

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Sam 12 Juil - 7:50

De l'aide dans Al-Anon.

De nos jours, Al-Anon est pour la famille la source d'aide la plus répandue tout comme AA l'est pour l'alcoolique. Chacune de ces deux fraternitéscompte plusieurs milliers de groupes à travers le pays. Un grand nombre de localités ont aussi des centres d'information sur l'alcoolisme, des centres d'hygiène mentale et des professionnels qui ont appris à donner à la famille des conseils sages et utiles.

Répétons-le, l'épousepeut trouver une solution d'aide pour elle-même. C'est le seul moyen d'arrêter le carrousel de la négation. Une fois qu'elle a trouvé de l'aide, elle doit continuer à utiliser toute aide mis à sa disposition et développer son propre programme de rétablissement, de préférence à l'intérieur d'un groupe déjà établi. Entreprendre un programme de rétablissement peut causer plus de souffrances, de conflits et de confusion, mais à long terme, tout ceci est beaucoup moins pénible que d'aider l'alcoolique à continuer à boire en demeurant l'un des acteurs qui actionne le carrousel.

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Invité le Dim 13 Juil - 16:13

Merci chère Sam , pour tous ces textes que je lis attentivement et à mon aise ..
Merci pour tout ce travail que tu te donnes .
Nicole.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Invité le Mer 6 Juil - 23:41

Merçi pour ce beau texte du carrousel.Mais une fois que l'épouse a trouvé une solution pour elle meme, il reste les autres spectateurs; dans mon cas personnel c'est ma fille 33 ans avec une famille stable 2 beaux enfants
elle souffre de voir que son père ne peut gérer ni l'alcool , ni sa vie seul sans son épouse et préfère se laisser glisser doucement la pente
qu'adviendra til aux spectateurs de la pièce ? Ce sont des pensées qui sont plus durs que gere les émotions de la séparation.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Invité le Jeu 7 Juil - 5:06

en tant que compagne j ai trouvé ma solution et viens de descendre du manège,je le laisse tourner sans moi a présent,et je vais regarder mais de loin ,très loin ce que vont faire les autres et surtout l acteur principal.pas de menaces,plus de pleurs et de peines,juste que je m aime et que je veux enfin prendre soin de moi a temps plein car sincèrement je le mérite.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Invité le Jeu 7 Juil - 7:44

C'est magnifique AMIEL ce que tu as trouvé comme solution. Je suis descendu du manège le 11 janvier 2011 après 34 ans de vie commune, 1 seul enfant,
et toi sans indiscrétion combien d'années?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Jeu 7 Juil - 7:56

La même chose qu'à toi s'ils le désirent. Al-Anon est là pour les familles et toutes personnes s'estimant marquées par la vie près d'un alcoolique."

"... Ce message s'adresse à quiconque est, directement ou indirectement, lié à la vie d'une personne atteinte de la maladie connue sous le nom d'alcoolisme..."
Première ligne sur cette page. Wink

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Invité le Jeu 7 Juil - 16:47

merci Marie,en ce qui me concerne après une prmière expérience de dix ans avec un premier mari alcoolique qui se solda par une rupture mais en bons termes malgré tout et pas d enfant en commun heureusement,depuis presque huit mois j avais rencontré un autre compagnon qui assez vite se révéla aussi être alcoolique,mais sous un style encore beaucoup plus agressif,autoritaire,et violent verbalement,et de plus fainéant et se complaisant a vivre a mes dépends,la diffrérence cette fois ,c est que j ai réagis assez vite,très vite même,car je n ai pas souhaité recommencer a nouveau un tel calvaire et un dénis de moi profond,vu mon age j ai décidé que j avais encore qql rêves a réaliser et que la vie en commun avec ce nouveau compagnon également alcoolique allait me priver de mes dernières possibilités a les réaliser,j ai donc privilégié ma vie a moi,je resterai attentive a lui mais de loin ,très loin,et sans plus jamais a la perte de moi meme,je ne me sents nullement égoiste ,je me sents meme bien très bien et surtout très fière de moi meme et de l amour que je me témoigne en me protégeant a ce point.mais je comprends que ce st difficile de quitter qd on aime qql. je ne peux rien pour lui et de tte facon jamais il n aurait rien pu pour moi,donc autant en rester la.bonne soirée a tous et courage ,un jour a la fois. bounce

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Jeu 7 Juil - 18:25

Il n'y a pas de coïncidence dans ta deuxième rencontre avec un alcoolique. Tu es attirée par eux car t'occuper d'eux te permet de fuir quelque chose chez toi. De plus, nous, les Al-Anons croyons que nous pouvons contrôler les autres et quand nous constatons l'échec, c'est la dépression.

Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par colette le Jeu 7 Juil - 18:31

Tout à fait d'accord, je connais des couples qui ont remis cela plus d'une fois et il n'y a pas de hasard quand nous répétons les mêmes choses c'est qu'il y a une leçon de vie à apprendre et cela ne sert à rien de fuir la leçon reviendra....
Colette

colette

Messages : 3748
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : LIEGE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Invité le Jeu 7 Juil - 20:43

cette lecon de vie je l ai comprise je pense,et plus vite que la fois passée,mais merci de m ouvrir les yeux encore plus fort qu ils ne le semble etre,mais ce qui me parait paradoxal cette fois c est qu au plus il va mal,au plus je vais mieux,aurais je enfin fais cette remise en question sur moi meme?afin de comprendre pkoi je refais chaque fois les memes erreurs et cela va t il me servir a ne plus recommcer?je ne sais ,l avenir me le dira............mais j y crois qd meme

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par colette le Jeu 7 Juil - 20:52

Le travail sur soi ne s'accomplit pas du jour au lendemain , cela demande du temps, des remises en question, des lectures et parfois une aide extérieure, parfois on stagne ou on recule : la persévérance est nécessaire et "se hâter lentement".. Wink
Colette

colette

Messages : 3748
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : LIEGE

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Sam le Jeu 7 Juil - 21:03

Tu as raison d'y croire, Amiel. Nous en sommes les preuves vivantes.
Je pense que c'est plutôt le contraire, mieux tu vas, plus l'alcoolique se sent mal parce qu'il n'arrive plus à se trouver des excuses et se retrouve face à ses propres responsabilités. Ce qui lui donne une chance de plus de s'en sortir.

Mais je ne te cache pas que les questions que tu te poses sur l'alcoolique ne t'avancent pas, bien au contraire.

Puis-je te suggérer de laisser l'alcoolique se débrouiller avec son problème? Il est le seul à pouvoir le résoudre. Il y a tant à faire pour toi. En travaillent à ton rétablissement, tu montreras à tous, autour de toi, que c'est possible.


Sam
Admin

Messages : 8525
Date d'inscription : 22/04/2008
Localisation : Namur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Invité le Ven 2 Déc - 20:16

merci pour ces textes Sam...
je reviendrai pour les relire attentivement encore I love you

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: LE CARROUSEL DE LA NEGATION

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum